• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Ressources biologiques : un trésor à conserver

  • Niveaux :
  • Découvrir les CRB
Question /

Un nouveau type de ressources biologiques est conservé à l’Inra et mis en réseau depuis 2015 : il s’agit de communautés de microorganismes présents dans les sols, d’invertébrés pathogènes- ou au contraire utiles- de poissons et petits mammifères.

Que peut-on trouver dans ces collections ? (Cocher au moins deux réponses).
A
B
C

Faux Les bonnes réponses étaient : A B

  • Dans les collections de ressources environnementales de l’Inra, on trouve des écailles et opercules de 26 espèces de poissons collectés en France depuis 45 ans. Les écailles de poissons renseignent sur l’âge du poisson, sa vitesse de croissance et même ses migrations. Grâce aux écailles, on espère comprendre pourquoi le nombre de truites de mer a diminué d’environ 70% depuis les années 70. Pour réunir une grande collection d’écailles de truites de mer, les pêcheurs bretons et normands sont sollicités !
  • Des échantillons de sol sont conservés à Orléans et à Dijon, avec leurs communautés microbiennes, bactéries, champignons. Un gramme de sol peut contenir jusqu’à 1 milliard de microorganismes. Ils sont indispensables à la vie des plantes (fixation d’azote, fourniture d’éléments minéraux, et même production d’antibiotiques).

Exact Les bonnes réponses étaient : A B

  • Dans les collections de ressources environnementales de l’Inra, on trouve des écailles et opercules de 26 espèces de poissons collectés en France depuis 45 ans. Les écailles de poissons renseignent sur l’âge du poisson, sa vitesse de croissance et même ses migrations. Grâce aux écailles, on espère comprendre pourquoi le nombre de truites de mer a diminué d’environ 70% depuis les années 70. Pour réunir une grande collection d’écailles de truites de mer, les pêcheurs bretons et normands sont sollicités !
  • Des échantillons de sol sont conservés à Orléans et à Dijon, avec leurs communautés microbiennes, bactéries, champignons. Un gramme de sol peut contenir jusqu’à 1 milliard de microorganismes. Ils sont indispensables à la vie des plantes (fixation d’azote, fourniture d’éléments minéraux, et même production d’antibiotiques).

 

Veuillez cochez les réponses